Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

La nuit nuit-elle ?

Les hypocondriaques, les obsédés sanitaires, les hygiénistes & Co. disent que veiller tard la nuit nuit à la santé. Leur opinion sur la nuit m'agace et m'ennuie.

Depuis la nuit des temps, la nuit a été le royaume des poètes, des écrivains, des amoureux et des cambrioleurs de... cœurs féminins. Que serait la vie sans la "petite musique de nuit" de Mozart ? Que serait vide un monde sans "Les mille et une nuits" ! Que deviendrait le docteur Jekyll, amputé de sa moitié nocturne, Mister Hyde ? Hamlet aurait-il pu jamais rencontrer le spectre de son père sous le soleil de midi ? Roméo et Juliette auraient-ils pu s'aimer aussi passionnément sans les charmes de la nuit ?


Les insomnies de Proust, dont l'asthme se réveillait surtout la nuit, ont donné un chef-d'œuvre de la littérature mondiale, La recherche du temps perdu. Ce n'était pas, en tout cas, du temps perdu.

C'était tard dans la nuit que K., le héros du "Château" de Kafka, est arrivé au village de ses espoirs et ses déboires. Pour les soufis, la nuit est le temps des rencontres amoureuses avec... Dieu. Ramadan sans ses nuits n'est plus ramadan. Même les non pratiquants comme moi trouvent du charme aux "nuits ramadanesques". Chaque jour du ramadan n'est-il pas qu'une attente de la nuit, la nuit de tous les plaisirs ?

Suis-je en plein délire [nocturne] ?
Cela va sans dire...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article