Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

EDMONTON, LE FAR WEST CANADIEN

J’écris du cœur de la nuit. Il est presque deux heures du matin. Edmonton, chauffée, bien nourrie, rassasiée dort paisiblement et j’aime écouter son silence. Dehors il fait moins 40°. Qu’importe ! Vive la chaleur humaine ! J’ai un voisin libyen, réalisateur - il a gagné plusieurs prix internationaux pour ses films sur les animaux du Sahara et les poissons de la côte libyenne - rêveur et plein de projets pour l’avenir. Nous parlons beaucoup d’animaux, de nature, du Sahara, des plages vierges de Libye et bien sûr de dictature. Le miracle canadien a fait que Mohamed se métamorphose de réalisateur en…maçon! Pourtant, il a un moral en béton. Il pense construire son avenir brique par brique. Il lui suffit de devenir un entrepreneur en bâtiment pour faire renaître le réalisateur en lui. Mais il lui faudra plusieurs vies pour filmer tous les animaux d’un pays de 10 millions de km2.

Je dois revenir à Montréal passer mon examen de citoyenneté. Un proverbe tunisien dit: "Lorsque Dieu veut ta guérison, tu tomberas sur un médecin sur ton chemin". Dieu me veut du bien. Il m’a épargné le long chemin de l’aéroport qui se trouve à 20 km de la ville, surtout que mon avion part à 7H30 du matin. L’aéroport est venu jusqu’à chez moi ! Un Libanais qui habite au réez-de chaussée travaille comme chauffeur chez Sky Shuttle, la navette de l’aéroport, et il ramène le bus chaque soir devant l’immeuble où j’habite. Il m’a donné rendez-vous en bas de l’immeuble à 4H30, c’est pourquoi j’ai décidé de passer une nuit blanche.

La ville d’Edmonton n’a pas d’habitants, elle a des automobilistes. C’est une ville émiettée, éparpillée et la coupable s’appelle: Voiture. Son centre-ville est troué de tous les côtés. Aucune zone piétonnière, pas de ruelles, pas de petits coins "cosy"[agréable et intimiste]. Quel choc pour quelqu’un comme moi habitué aux Fussgängerzonen"(zones piétonnes) des villes allemandes ! En outre, le centre-ville est peu achalandé, car toutes les banlieues sont elles-mêmes des centres. Les immeubles d’habitation sont peu nombreux et la majorité des Edmontoniens vivent dans des maisons individuelles à l’architecture presque identique. Elles ressemblent plutôt à de grandes cabanes de prairie. D’ailleurs la province de l’Alberta - 661 000 km2, 3 millions d’habitants- fait partie d’une grande région appelée les Prairies.

Les Edmontoniens sont difficiles à rencontrer, car ils sont la plupart du temps derrière leur volant. Je suis un des rares piétons de la ville. Ici on fait presque tout sans quitter sa voiture: effectuer des opérations bancaires, acheter un café, une pizza, un sandwich, un repas etc. On appelle ce service le Drive Thru (service au volant).

Le sport le plus populaire dans cette ville est le shopping ou "magasinage", comme on dit au Québec. Jouissant d’un des revenus par habitant les plus élevés du Canada, les Albertains sont les habitants les mieux équipés et les plus branchés du Canada. Le West Edmonton Mall est le plus grand centre commercial au monde. J’y étais une fois et, bien que je j’y ai dépensé zéro dollar, zéro cent, j’en suis sorti avec le début d’une migraine. Les mots "énorme", "gigantesque", "titanesque" ne seraient qu’un euphémisme. Ce Mall est aussi célèbre de l’autre côté de la frontière et nos cousins les Yankees y viennent faire des commissions. Ils sont, comme les Albertains, des "shoppeurs" assidus.

Adieu Edmonton ! Vive Montréal !

(Edmonton, fin janvier 2004)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article