Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

Le temps des amitiés éphémères

"Tous ces livres à peine lus, ces amis à peine aimés, ces villes à peine visitées, ces femmes à peine prises !" (Albert Camus, La Chute)

"L'amour dure trois ans", nous a révélé Frédéric Beigbeder dans un roman (1997) puis dans un film (2011) qui portent ce même titre. Combien de temps dure une amitié ? Difficile à dire, mais généralement une amitié a une espérance de vie plus grande que celle de l'amour.

Aujourd'hui, nous vivons l'ère des amitiés éphémères. Ici au Canada, comme partout dans les pays du "premier monde", on déménage fréquemment et on change souvent de boulot. Les plus chanceux, partent découvrir le monde. On roule sa bosse de pays en pays pendant des mois, parfois des années. Il n'y a aucun intérêt à consolider des relations faites pour disparaître.

Nos temps modernes ne sont pas faits pour les amitiés durables et les couples stables. "Tout doit disparaître", affichent certains magasins qui veulent se débarrasser de leurs vieux stocks. Cette devise peut s'appliquer aussi aux relations humaines. A intervalles réguliers, on enterre les amitiés désuètes et les amours obsolètes.

Il y a un phénomène étonnant : plus le monde devient connecté et plus les gens deviennent émotionnellement déconnectés. Plus on accumule d'amis virtuels sur Facebook, plus le nombre d'amis réels diminue. On n'a plus les temps pour ces derniers, car il faut dépenser des heures à entretenir les amitiés imaginaires.

Dans son film "Ginger et Fred", Federico Fellino a montré un monde rivé constamment sur son petit écran. Nous vivons l'âge des écrans. Nous sommes devenus leurs esclaves, oubliant la définition primaire du mot "écran", selon le dictionnaire Larousse : "Tout ce qui arrête le regard, qui dissimule, empêche de voir : Un écran de fumée."

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article