Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

Amour courant

Au mois d’août 2007, j’ai fait un jogging aux Pays-Bas. Pas loin roulait un tramway où j’ai vu la nana qui habitait mon imagination, surtout la nuit. Tout mon corps fut saisi par l’apparition. J’ai dit: “hourra !” quand son tramway s’immobilisa. Il s’ouvrit, vida sa cargaison. Sauf la nana au pantalon gris. La nana donnait son dos aux passants. Soudain la nana tourna, ouvrit un battant, puis scruta l’horizon. Pour moi, un instant important pour la voir à bout portant.

La nana m’a vu. Surpris, j’ai souri. La nana sourit à son tour. Puis ma main la salua. Sa main aussi mima un salut amical. Puis la nana prononça trois ou cinq mots. J’ai dit: “Ni ouï ni compris !”. Soudain un bruit. L’assourdissant bruit du tram, qui partait, mit fin à l’amour naissant. J’ai couru pour saisir l’amour fuyant. Son tram vira, puis disparut dans un bois. Ruminant la disparition, j’ai poursuivi mon jogging sans but ni raison.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article