Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

Old Modern Times

Chaque temps fait son temps

Je me suis débarrassé de mon cellulaire [ portable ] après cinq mois d’utilisation infructueuse. Je ne veux plus de ce fétiche moderne qui sonne tout le temps pour nous poser ces deux questions existentielles incontournables : " T’es où ? Tu fais quoi ? ". J’en ai marre de répéter: " Je ne suis nulle part et je ne fais rien.". Ce "rien" cause une panne des circuits neuronaux des cellulomanes. Ou bien: " Qu’est-ce que tu racontes ? ". Je raconte toujours " la même histoire que celle d’hier." Bip… bip… bip… Désolés, la communication n’a pu être établie…

J’ai toujours rêvé d’un monde où le silence serait roi. Il y a quelques années, j’ai accompagné mon frère à la campagne de Mornaguia. Nous fûmes invités par une famille de paysans du "Near West" de Tunis. Ce fut un un jour d’été, un des les plus chauds de la décennie. Chez cette famille régnait un silence aussi agréable que l’air frais de leur patio. Dehors, la canicule faisait chanter quelques cigales en chaleur. Il ne manquait au décor qu’une "petite musique de jour" d’Ennio Morricone.

Le grand-père nous salua puis se réfugia dans un silence majestueux, olympien. Mon frère posa une seule question au grand-papa: " D’après vous, lequel est le mieux, le temps moderne ou le bon vieux temps ?".

Je médite encore la réponse du vieux sage: " Chaque temps fait son temps."

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article