Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

Selim Yamoglu

Les dimensions de l’être

D’après l’écrivain Selim Yamoglu, les êtres humains pourraient être rangés dans quatre catégories distinctes :

1 - Les êtres unidimensionnels : Ils sont dominés par leur cerveau reptilien. Ils n’ont aucune morale, aucune éthique, aucun sens social. Ils sont prêts à tout pour combler leurs besoins et assouvir leurs désirs.

2 - Les êtres bidimensionnels : Leur cerveau reptilien est tenu sous contrôle par leur néo-cortex. Ils sont capables d’empathie et de compassion mais sont prêts à contourner les règles sociales si le risque d’être attrapés en flagrant délit est faible.

3 - Les êtres tridimensionnels : Ils sont capables de se regarder dans un miroir, de se mettre à la place des autres et de comprendre leur insignifiance en tant qu’individus par rapport à la société humaine et à l’univers.

4 - Les êtres quadridimensionnels : Ils sont tellement rares qu’ils se comptent sur les doigts de deux mains. Ils sont des êtres tellement détachés de la vie matérielle qu’ils vivent dans un monde à part. Ils volent tellement haut que leurs expériences spirituelles peinent à être transmises et comprises par les autres. Bouddha en est l’exemple parfait.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article