Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

Déclaration d'amour

Lettre à tous les médecins du monde

Chères médecines, chers médecins,

Cette déclaration d’amour aurait dû être écrite il y a longtemps. Mais j’étais timide à l’époque où j’ai commencé à vous fréquenter. Je n’osais même pas vous regarder dans les yeux. Plus je vous voyais et plus j’étais attiré par vous. Pour être toujours proche de vous, je suis devenu avec le temps un grand collectionneur de maladies. Le moindre mal de tête, l’égratignure la plus superficielle et le plus infime changement de température m’offraient un joli prétexte pour vous voir. Avec le temps mon corps a appris à inventer les maladies les plus bizarres; parfois elles n’avaient même de nom !

Une fois, une doctoresse m’a dit dans un langage sibyllin: "Vous souffrez de douleurs essentielles !". En deux mots elle a résumé l’essentiel. J’ai même acheté une encyclopédie médicale pour savoir s’il y a encore des maladies qui me restent à découvrir. Heureusement, il y en a assez pour mille vies humaines au bas mot.

Si entre une consultation et la suivante ma santé ne décline pas, je deviens tendu, anxieux, irritable et je me précipite vers le cabinet du psy le plus proche. Grâce à mon psy j’ai enrichi mon vocabulaire: névrose, hypocondrie, syndrome maniaco-dépressif, schizophrénie, neurasthénie etc. Mais le mot que j’adore le plus est schizoïdie ! C’est joli, poétique, lyrique, un grain romantique.

Grâce à vous, chères médecines, chers médecins, ma vie a trouvé le sens qu’elle cherchait. En plus, avec vous on ne s’ennuie jamais. On passe sans transition du cardio au gastro, du pneumo-phtisio au dermato et du neuro-psycho à l’uro !

Chères médecines, chers médecins, mon cœur bat pour vous. Vous êtes, sans exagération aucune, ma raison de vivre. Je préfère mourir que de vivre dans un monde sans vous.

Je voudrais qu'après ma mort l’on écrive sur ma tombe l’épitaphe suivante : JE REMERCIE TOUTES LES MÉDECINES ET TOUS LES MÉDECINS QUI ON RENDU MA VIE VIVABLE.

Je voudrais, enfin, vous dédier la chanson suivante :"Et si vous n’existiez pas, dites-moi pourquoi

j’existerais ?"

Je vous aime tou(te)s !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article