Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

Le poete se repete

Le poète se répète

Il y a un poète fou qui rôde dans les parcs de Montréal. Il déclame ses vers uniquement aux femmes seules assises sur les bancs publics.

Après le “bonsoir” ou le “bonjour”

Il leur chuchote des mots d’amour

Il improvise et récite ses poèmes

Sa voix douce, c’est ce qu’elles aiment

Celles qui souffrent de déprime

Sont guéries par ses rimes

Mais s’il prononce le mot “tendresse”

Elle se lèvent et le délaissent

Il répète sans cesse sa maladresse

Son âme replonge dans la tristesse…

(18/08/2006)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article