Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'un nomade

Journal d'un nomade

Restless, shifting, fugacious as time itself is a certain vast bulk of the population of the red brick district of the lower West Side. Homeless, they have a hundred homes. They flit from furnished room to furnished room, transients forever - transients in abode, transients in heart and mind. They sing "Home, Sweet Home" in ragtime; they carry their lares et penates in a bandbox; their vine is entwined about a picture hat; a rubber plant is their fig tree. (O. Henry)

Cachez-moi cet Ayrault

Lorsque Jean-Marc Ayrault a quitté définitivement Matignon, en mars 2014, le monde arabe a lancé un "ouf" de soulagement. Ce qui troublait les Arabes, ce n'était ni personnalité ni le passé de l'ex-Premier ministre français mais son nom de famille. Lorsqu'on l'écrit en arabe tel qu'il se prononce en français (إيرو), les lecteurs ne peuvent s'empêcher de penser à un mot arabe imprononçable en public, surtout en présence des femmes.

Aujourd'hui, Ayrault revient comme ministre des affaires étrangères et son nom embarrasse de nouveau les rédactions des médias arabes. Le quotidien londonien Al-Quds a tout de suite trouvé la parade (http://www.alquds.co.uk/?p=480609). Il a choisi de faire parler les consonnes muettes "L" et "T" du mot "Ayrault". Désormais Ayrault se prononcera Ayrolte en arabe (آيرولت).

Cette histoire rappelle celle du diplomate pakistanais qui portait – et porte encore – un nom de famille qui fait rougir les Arabes. Monsieur Akbar Zeb, un diplomate chevronné, a vu sa nomination refusée par tous les pays arabes où son pays, le Pakistan, avait l'intention de l'envoyer comme ambassadeur. Espérons qu'il ne sera jamais ministre des affaires étrangères. Car un tête-à-tête Ayrault-Zeb serait un double casse-tête arabe.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article